Vannes a connu au XVIIe siècle un extraordinaire essor religieux qui s'est traduit par l'installation de nombreuses communautés et la construction de plusieurs couvents, maisons de retraite ou chapelles. Le collège, fondé au XVIe siècle, conserve un monument typique de ce réveil religieux, la chapelle Saint-Yves, édifiée de 1661 à 1684, grâce aux jésuites et à la générosité de plusieurs familles de notables de la région. La façade est un bel exemple de style classique avec ses deux niveaux décorés de pilastres à l'antique, d'un médaillon de la Vierge et du monogramme du Christ : « IHS, Jesus hominum Salvator'. L'architecte est le frère Charles Turmel, assisté de l'architecte vannetais Jean Caillot en 1678. Le voûtement est réalisé par le Nantais Mathurin Bussonière de 1681 à 1684. La pieuse Catherine de Francheville aide l'entreprise par ses générosités, mais refuse toute inscription de remerciement, préférant qu'on fasse graver sur le linteau du portail : » Fundavit eam Altissimus », « C'est le Très Haut qui a construit cette chapelle '.

Source : Topic

Le gouverneur de Vannes, Claude de Lannion, offre 3 000 livres pour la confection de ce retable de Jean Boffrand, retablier nantais. Le corps central aux colonnes de marbre noir à chapiteaux corinthiens est flanqué de deux ailes dont les niches sont meublées de deux statues plus récentes. Le tableau est consacré au triomphe de saint Ignace de Loyola.

Source : Topic